Assistance Retraite
Étudiants aux cheveux blancs

Étudiants aux cheveux blancs

Apprendre a tout âge

 

Comme presque tous les jours, Annick retrouve ses camarades dans un coin de la Cour d’honneur de la Sorbonne. Cette étudiante en master d’histoire médiévale à Paris IV prend une pause déjeuner bien méritée après une matinée chargée. Comme dans toutes les universités du monde, le petit groupe en profite pour parler des cours, échanger des potins, ou partager les aléas du quotidien. Son break terminé, Annick se dépêche de rejoindre l’amphi où doit se dérouler son prochain cours. Parmi la foule d’étudiants, personne ne semble la remarquer. Du haut de ses 70 ans, Annick a pourtant trois fois l’âge de ses camarades.

C’est en 1973 que la première université du Troisième Age a vu le jour. Ces associations culturelles locales ou régionales – appelées aussi Universités du Temps libre (UTL) ou inter-âges (UIA) – proposent à leurs membres disposant de temps libre de se cultiver, de partager leurs savoirs et de participer à des ateliers. Si elles ne délivrent pas de diplôme, ces universités remplissent un rôle social important : faire en sorte que la culture, les connaissances nouvelles soient rendues accessibles et compréhensibles à tous, et ce dans un cadre ouvert et convivial.

Bien que l’on ne dispose pas de chiffres officiels, il ne fait aucun doute que les seniors sont de plus en plus nombreux à rejoindre les bancs de la fac. Un engouement qui s’explique par l’allongement de la durée de la vie. Arrivés à l’âge de la retraite, les plus de 65 ans, encore en pleine forme sur le plan intellectuel, aspirent désormais à apprendre autre chose que le bridge ou l’informatique ‘’pour les nuls’’. Ce phénomène tient aussi à une évolution culturelle : le savoir est aujourd’hui considéré comme une valeur essentielle au développement personnel. Résultat : les universités sont de plus en plus perçues et gérées comme des lieux de formation continue.

Benoît Gascon, professeur d’histoire à l’Université du troisième âge, témoigne de son enthousiasme à enseigner à un tel public : ‘’Ils arrivent le matin en ayant travaillé leurs notes, posent des questions pertinentes et restent concentrés d’un bout à l’autre du cours. J’aimerais bien voir la même motivation et la même  curiosité chez mes étudiants réguliers !’’

Ajouter un commentaire